SOURIEZ : VOUS ÊTES ALGORYTHMÉ

 observation facialeAlgorythmé,  filmé, tracké*, profilé*, phishé* », filtré, paramétré… pas question d’y échapper, vous êtes cerné ! L’algo rythme  notre vie sur Google ou sur le Net.  De nombreuses applications voient le jour comme les logiciels de micro-observation faciale.

Aux USA, une  société de logiciels de micro-observation faciale a récolté  jusqu’à 1,5 milliard de réactions émotionelles auprès de personnes qui ont accepté d’être filmées de près, en train de regarder une vidéo en streaming. De quoi se constituer une sacrée base de données de mimiques !

Restons positif, les logiciels de microobservation faciale peuvent être utiles. Votre enfant suit des cours via le net, il n’arrive pas à faire son exercice, le logiciel  le repère, lui envoie un complément de leçon ou un exercice à sa portée ou encore lui propose de l’aide. Jusque là tout va bien.

Des applications futures pourraient voir le jour. Dans le cadre de la e-santé: le logiciel remarque votre désarroi face à un nouveau traitement et vous envoie en temps réel des infos supplémentaires… Intéressant à une époque où le nombre de retraités croît alors que celui des hôpitaux suit une courbe descendante.

C’est plus problématique si la technologie d’observation faciale est utilisée systématiquement sur les écrans de sécurité dans les aéroports, dans les entretiens d’embauche ou derrière les écrans de pubs animés (à l’extérieur, chez vous…). Big Broher soit avec nous !

 Imaginez-vous taper le code de votre carte bleue, en baillant, à un distributeur, un matin de lendemain de fête ?   S’ensuit un message sur l’écran ventant les mérites de la vitamine C… Algorythmé d’accord mais pas tout le temps ! Déjà que les lunettes Google me font frémir…

Malgré notre vigilance, nous pouvons « subir » la technologie d’observation faciale. D’où l’importance d’un  cadre juridique fort donnant des limites strictes à l’utilisation de ces joujoux voyeurs.

 * tracké et profilé en référence aux techniques de Tracking et profilage utilisés sur le Net pour récolter des données sur les internautes qui fréquentent un site.  C’est du suivi numérique. Phishé, vient du mot phishing : technique de fraude par mail.

Source principale de l’article : New York Times

 

 

Share

2 Commentaires

  1. Bonjour,
    Il existe également des logiciels de reconnaissance et analyse de mouvements, qui permettent de surveiller les piscines et de prévenir les maîtres nageurs d’un problème éventuel.
    Comme pour toute technologie, ce n’est pas le produit en lui même qui est dangereux, mais l’usage que l’on en fait.
    La barrière peut effectivement être le cadre juridique.

    Reply
    • sophie

      Tout à fait d’accord et plus les gens seront avertis, plus on aura de chance d’une meilleure utilisation de la technologie dans la vie de tous les jours…

      Reply


Ajoutez votre commentaire