CORPUS, le corps version 3D

Programme d'éducation numérique en 3D sur lCORPUS« Connaissez-vous la différence entre une cellule T4 et une  T8 ? » Non ?! Vous n’avez plus d’excuses maintenant avec CORPUS ! Ouvert à tout le monde, ce Programme d’éducation numérique (propulsé par le réseau de création et d’accompagnement pédagogiques Canopé) vient de voir le jour.

Dès l’accueil, vous êtes dans l’ambiance : un homme et une femme, tous deux modélisés, que vous pouvez regarder de face ou de dos : à vous de choisir. Sur le côté gauche de l’écran, un menu vertical, sous forme de pictos, qui pointent sur les différents systèmes physiologiques du corps humain : immunitaire, reproductif, cardio-vasculaire… Rien n’est oublié !

 Des vidéos en 3D comme si on y était

Chacun des thèmes est illustré par des vidéos en 3D de qualité exceptionnelle, des extraits d’imagerie médicale ou des exposés de chercheurs, médecins, experts, journalistes scientifiques… mais aussi des expériences en live étalées sur plusieurs jours.

L’histoire de la biologie n’est pas oubliée. Par exemple, vous y apprendrez qu’un certain Lazzaro Spallanzani, médecin au XVIIIème siècle s’est pris lui-même comme cobaye pour comprendre le fonctionnement de son estomac !

 CORPUS,  nouvelle plate-forme ludo-éducative ?!

De quoi renouer avec une matière qui vous faisait mourir d’ennui en classe.

CORPUS s’adresse au grand public qui veut en savoir plus sur le fonctionnement du corps humain, notamment les 12 -24 ans. C’est un des aspects du site : la prévention de santé auprès des adolescents et des jeunes adultes. Cannabis, premier rapport sexuel, garçons/filles…Pas de morale, juste des vidéos où des jeunes parlent d’eux. Dès 2015, un jeu sur smartphone, est prévu pour les plus jeunes d’entre eux.

CORPUS aborde aussi des sujets de société comme le genre. On y voit le philosophie Michel Serre s’exprimer sur le handicap.

Enfin, car ce n’est pas fini, ce programme d’éducation numérique sert aussi de support de cours pour des professeurs de lycées des classes scientifiques.Vos futurs bacheliers n’auront même plus le droit de rater leur bac !

 

Share

Ajoutez votre commentaire