Un direct avec Mars One : rêve ou télé-réalité ?

2 Comments
Tags : , , ,
Publié le 15 Apr 2014 dans Espace, recherche

Planète Mars

Un petit week-end sur la planète Mars, ça vous dit ? Si vous aimez les températures extrêmes, les tempêtes de poussière et la couleur rouge, réservez votre aller dès maintenant chez Mars One. L’ingénieux ingénieur  hollandais, Bas Lansdorp, vous a préparé un petit voyage des familles… sans retour. Un aller simple, un direct avec Mars One ! Attention, les navettes spatiales pourraient être customisées Endemol. Le siège de la télé-réalité mondiale se trouve aussi en Hollande…

Sur le site Mars One de Bas Lansdorp, 37 ans, on peut lire que pour certains,  Mars est le rêve de toute une vie*. Entre la boutique en ligne et la liste des partenaires internationaux (de grands noms de la science, quand même), vous découvrirez le coeur de la mission qui consiste à envoyer une première équipe de 4 colons (non-astronautes) dès 2024, quand je vous parlais de télé-réalité… Le go de la sélection a été lancé en 2013 : 200 000 personnes ont répondu, à croire que l’on s’ennuie ferme sur la planète bleue. Le film Gravity a fait des émules : l’Espace devient tendance.

Accélérer le cours de l’histoire spatiale. Le site Mars One vous propose une feuille de route graphique et simple : les premiers matériels partiront dès 2018 (modules, d’habitations, provisions, robots…).

Chez Mars One, tout parait si simple :

  • un budget : 6 milliards de dollars,
  • un rétro-planning,
  • un recrutement international,
  • un financement créatif : du crowdfunding basé sur le PIB, 
  • du marketing : produits dérivés (c’est papa Lansdorp qui est aux commandes),
  • des partenaires prestigieux dans le domaine de la science et de l’Espace
  • … jusqu’à la couverture médiatique omniprésente : connaître ce qu’untel colon dit d’un autre colon, c’est Secret-story dans les airs…

On se prend à rêver, nous aussi, d’un Espace accessible, non réservé à l’élite scientifique, pourvue de gros apports financiers.

Curiosity peine. Dans un dernier Télérama, Alain Dupas, expert en technologie et stratégies spatiales, “estime qu’une mission martienne coûterait une dizaine de fois plus que le programme Apollo” (130 milliards de dollars)”. D’ailleurs ce que Mars One a entrepris, la Nasa l’a refusé, faute de faisabilité technique et de moyens financiers. Faut dire que le petit robot Curiosity, j’en avais parlé dans un autre article, a dû mal à gratter quelques brins de terre pour l’instant et que les conditions sur la planète rouge sont plus que difficiles.

Tout ça n’effraie pas notre Hollandais “volant”, Bas Lansdorp qui n’a pas dit son dernier mot. L’Espace nous réserve bien des surprises dans les années à venir !

*”However, there are individuals for whom traveling to Mars has been a dream for their entire life” ( site de Mars One).

Share

2 Commentaires

  1. Philibert

    Ça fait longtemps que je voulais le dire : j’aime beaucoup ce que vous écrivez ! Je trouve ça original, intéressant et bien exprimé : le ton est enlevé, mais le contenu est solide sans être rébarbatif !
    Et ce post sur Mars One me transporte véritablement ! Ces nouveaux migrants, qui ne sont plus de science-fiction mais d’une possible réalité, prêts à s’engager dans un voyage sans retour, sont les lointains enfants de ceux qui embarquaient pour le Nouveau Monde, au 18eme et au 19ème siècle. Ne sachant pas ce qu’ils allaient y trouver, mais renonçant à jamais au présent qu’ils connaissaient…
    Merci pour tous ces voyages au cœur des sciences et des technologies d’aujourd’hui et de demain !

    Reply
    • sophie

      Cela me rappelle un très beau film Heimat qui parlait de l’émigration massive de populations d’Allemagne en Amérique au xix ème siècle. Ils ne savaient ce qui les attendait… sauf qu’ils ne reviendraient pas eux aussi ! Merci pour votre retour très encourageant !

      Reply


Ajoutez votre commentaire